Grand phare de l’île d’Yeu

Grand phare de l’île d’Yeu

Grand phare de l'île d'Yeu, ou phare de la Petite Foule. Photo : Gwenn Besson
Grand phare de l’île d’Yeu, ou phare de la Petite Foule. Photo : Gwenn Besson

Localisation : butte de la Petite Foule, nord-ouest de l’île d’Yeu
Année de construction : 1950
Automatisation : 1980
Statut patrimonial : inscrit monument historique depuis 2011
Hauteur : 37,50 mètres
Caractéristiques : un éclat blanc toutes les cinq secondes

L’île d’Yeu, en Vendée, compte deux phares : le phare de la Petite Foule, aussi appelé grand phare de l’île d’Yeu, campe au nord-ouest ; de l’autre côté, le phare des Corbeaux veille sur l’extrémité sud-est. Le premier a une lanterne verte, tandis que celle du second est rouge.


Histoire du grand phare de l’île d’Yeu

Dès la fin du 18ème siècle, les marins du golfe de Gascogne réclamaient un feu sur l’île d’Yeu, dont un clocher d’église faisait office d’amer et de poste de vigie. C’est un naufrage tragique, en 1827, qui entraîne la décision de construire un phare : l’Active s’échoue sur les récifs des Chiens Perrins, et ses 80 hommes d’équipage y trouvent la mort.

Le premier phare, une tour cylindrique de 33 mètres de haut, est construit en 1830 sur la butte de la Petite Foule, au nord-ouest de l’île d’Yeu. Son feu blanc fixe devient un feu à éclat blanc toutes les 5 secondes lors de son électrification en 1895, date à laquelle on lui rajoute également une corne de brume.

Comme le phare de la pointe des Corbeaux, l’autre phare de l’île d’Yeu, il est détruit en 1944 par les troupes allemandes, puis reconstruit en 1950, avec le même feu à éclat blanc qu’auparavant. Ce nouveau phare, haut de 38 mètres, est coiffé d’une lanterne verte.

Il est automatisé dès 1980, et contrôle à distance le phare des Corbeaux. Le public peut le visiter.


Suivez-nous sur les réseaux sociaux !
➠ Twitter : @lespharodeurs
➠ Facebook : /lespharodeurs
➠ Instagram : @lespharodeurs