Archives de
Catégorie : Les phares : la fin d’un monde ?

Il est loin, le temps des gardiens isolés dans leur tour en pleine mer, inébranlable face aux assauts virulents des vagues. Sur l’île de Sein, le dernier gardien de France, Serge Coatmeur, a pris sa retraite le 1er janvier 2016.
Aujourd’hui, les phares sont automatisés, plus personne n’y vit, seul un petit ordinateur s’assure, à distance, de leur allumage. On entend même que ces lanternes sont devenues obsolètes maintenant que chaque bateau, ou presque, est équipé d’un GPS. Serait-ce la fin d’un monde ?
Pas si sûr… Les riverains des côtes et les marins restent attachés à « leurs » phares, porteurs de symboles forts. À Moguériec, petit port de pêche du Finistère, la petite tourelle en fer à l’entrée du port, forgée sur les plans de Gustave Eiffel, est menacée de disparition pour des raisons de sécurité et d’efficacité, mais elle représente l’emblème de la commune.
D’Ar-Men à Tévennec, de la Vieille aux Pierres Noires, en passant par le Pilier et le Four, les phares en mer annoncent la proximité de la terre après de longs jours dans l’obscurité, et confirment ce qu’indiquent froidement les appareils électroniques.
Et ceux que l’on peut visiter attirent de nombreux curieux dans leurs fameux escaliers en spirales. Eckmül en mémoire d’un prince, Saint-Mathieu sur les ruines d’une abbaye, l’île Vierge… chacun raconte une histoire. Le Millier, lui, accueille des expositions d’artistes.
Les phares n’ont pas fini d’intriguer et de fasciner…

Quelque part entre le Pilier et Noirmoutier
Le Pilier, un paradis abandonné
À la rencontre des nouveaux gardiens de phare
De l’Enfer au Paradis : portrait de Serge Coatmeur
Moguériec, la tour Eiffel du Finistère
Une seconde vie pour les phares : le tourisme
Lumière sur l’association Phare en Cap

Reportage réalisé dans le cadre du projet éditorial alliant rédaction web et photographie au premier semestre du M1 InfoCom.

Le Pilier, un paradis abandonné

Le Pilier, un paradis abandonné

Au large de Noirmoutier, entre les plateaux rocheux des Chevaux et des Bœufs, un îlot escarpé se fait appeler le Pilier. Balayé par les vents marins, c’est un habitat hostile où se sont succédé des moines bénédictins, des corsaires anglais, des pirates et des brigands, des soldats de la Marine, et même des Amazones. Puis ce fut le temps des gardiens de phare. Ce matin d’octobre, embarqués à bord d’un zodiac qui rebondit sur les vagues, nous partons aux côtés…

Lire la suite Lire la suite

Quelque part entre le Pilier et Noirmoutier

Quelque part entre le Pilier et Noirmoutier

Le soir du 10 octobre 1995 Le dix octobre est arrivé, Le dix octobre est arrivé, Le ciel au-dessus du port avait la couleur d’une télé allumée sur une chaîne hors-service. Les câbles claquaient contre les mâts des voiliers chahutés sur l’eau ondulante, à la surface de laquelle la pluie ne tarderait pas à émettre le grésillement d’une station de radio brouillée. Bientôt, on n’y verrait plus rien. À l’extrémité de la jetée, une silhouette immobile résistait encore contre le…

Lire la suite Lire la suite