Un jeu d’évasion à quatre pattes : l’Escape Game du Daviaud

Un jeu d’évasion à quatre pattes : l’Escape Game du Daviaud

« C’est dommage, mais il y a des activités qui sont limitées par l’âge. D’autres peuvent être trop physiques donc les personnes âgées ne peuvent pas le faire. Ici, tout l’intérêt, c’est que justement c’est multigénérationnel. Tout le monde peut venir s’amuser en famille ou entre amis. »

La plage de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Photographie : Kévin Hérieau
La plage de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Photographie : Kévin Hérieau
La façade de l'Escape Game du Daviaud. Photographie : Kévin Hérieau
La façade de l’Escape Game du Daviaud. Photographie : Kévin Hérieau

En avril dernier, nous nous sommes rendus à Saint-Gilles-Croix-de-Vie, ville située sur la côte atlantique. Armés de pelles et de seaux, touristes et locaux, profitaient du ciel bleu et de la chaleur printanière afin d’occuper la plage. Pourtant, personne ne semblait partant pour enfiler un maillot de bain et se glisser dans l’eau salée, si ce n’est pour s’y mouiller les pieds. À quelques mètres de là, un préfabriqué customisé à l’image du marais vendéen attendait notre visite. C’est là que nous a donné rendez-vous François Crochet, animateur de l’Escape Game du Daviaud.

Si notre curiosité a été attisée par ce jeu d’évasion nous plongeant dans les théories farfelues de Marcel Baudouin, ancien maire de la Barre-de-Monts, c’est avant tout à cause de son originalité incontestable. Pendant plus d’un an, ce dernier a traversé la Vendée de long-en-large, se rendant dans de nombreuses communes telles que Notre-Dame-de-Monts ou Soullans. Le but de cette manœuvre était de réaliser la promotion du Daviaud, site culturel présentant notamment les coutumes du Marais breton jusqu’au début du XXème siècle, dont la réouverture a eu lieu en mai 2017. Un réaménagement complet des bâtiments a été réalisé, et un parcours de visite intérieur est désormais proposé aux visiteurs. « Tout l’intérêt est de leur rappeler que cette structure existe, et justement de motiver [les locaux] puisque ça va être une toute nouvelle formule, avec de nouvelles expositions, des nouvelles visites… S’ils n’avaient pas envie de revisiter l’ancien Daviaud, ils auront peut-être envie de découvrir le nouveau. Il y a aussi les gens qui ne le connaissent pas et là, c’est l’occasion pour eux de découvrir tout simplement la structure en elle-même, le territoire et son patrimoine. » nous explique François, avec qui nous nous sommes entretenus.

Les Pharôdeurs et un ami se prennent (encore) au jeu. Photographie : François Crochet
Les Pharôdeurs et un ami se prennent (encore) au jeu. Photographie : François Crochet

À notre instar, vous risquez d’être perplexe au premier coup d’œil que vous poserez sur l’endroit. Non seulement à cause de l’âne-licorne fantaisiste qui décore sa façade, mais aussi par sa faible dimension, le rendant plus simple à déplacer. Cependant, il ne faut pas se fier aux apparences puisque l’Escape regorge d’objets et d’énigmes. Pour preuve, il ne nous restait plus que 25 secondes sur l’heure offerte avant de nous retrouver coincés à l’intérieur. Une victoire qui n’aura pas été simple à obtenir, et qui aurait probablement été impossible sans l’aide précieuse du game master. En définitive, nous sommes bien loin de détenir le record de l’échappée la plus rapide établi à 38 minutes ! Cette formule itinérante entraîne d’autres enjeux d’ordre logistiques. Non seulement il est nécessaire de fixer la majorité des meubles pour ne pas avoir à les déménager lors de chaque nouvelle destination, mais il faut aussi parvenir à conclure des accords avec la localité en question afin de disposer de tout le nécessaire, à commencer par l’électricité.

Ces quelques difficultés techniques en valent la peine, selon le jeune employé, récemment diplômé d’un Master Valorisation du Patrimoine Économique et Culturel à l’Université de Nantes. Pour ce passionné de jeux en tout genre, l’aventure ne s’arrête pas au simple besoin de faire de la publicité. En effet, il s’agit pour lui d’une expérience agréable aux dimensions humaines très significatives puisque ce poste lui permet d’entrer en contact avec des apprentis détectives de 7 à 77 ans. « J’avoue que ça m’amuse beaucoup donc c’est parfait. Je ne m’imaginais pas du tout là en sortant de mes études, mais c’est un poste qui m’amuse. Moi je m’y retrouve très bien, les visiteurs apprécient ma présence donc tant mieux. Et moi, j’apprécie la leur car j’aime rencontrer tout le temps du monde, c’est pour ça que j’étais médiateur à l’origine. »

Portrait de François Crochet. Photographie : Kévin Hérieau
Portrait de François Crochet. Photographie : Kévin Hérieau

L’Escape Game, dont le voyage est désormais achevé, s’est fixé à La Barre de Monts sur le site du Daviaud, propriété de la Communauté de communes Océan-Marais de Monts. D’un prix modique, il constitue le partenaire idéal afin de vous initier à l’univers des Escape si ce n’est déjà fait. Pour nous, c’était la première fois que nous expérimentions un jeu d’évasion en dehors des villes. N’hésitez pas à vous y rendre cet été entre deux après-midi à la plage ! Vous ne serez pas déçus de ce voyage décalé et ludique.

Pour plus de renseignements sur les tarifs et réductions, rendez-vous sur le site internet du Daviaud.

Une réaction au sujet de « Un jeu d’évasion à quatre pattes : l’Escape Game du Daviaud »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *